Photonanie

"Parce que je le veux bien"

Voyage, voyage: Barcelone (9), le monastère de Pedralbes


Nous sortons aujourd’hui  des sentiers battus pour découvrir le monastère royal de Santa-Maria de Pedralbes.

Ce monastère, fondé par le roi Jacques II d’Aragon en 1326, abritait à l’origine une communauté de Clarisses principalement issues de la noblesse. Vous trouverez son histoire complète ici.

En chemin, nous passons devant la jolie église de la Bonanova dans le quartier de Sarrià-Sant Gervasi dans la partie supérieure de la ville.

dscn1320-2-copier

Nous voyons aussi pour la première fois cet arbre à soie  ainsi que, comme à d’autres endroits de Barcelone, des perruches sauvages pas farouches pour deux sous.

2016-04-11-12-25-08

Nous atteignons enfin notre but.

dscn1379-2-copier

collageprintspah1478264264254-3c5c0f71-b6ef-4024-833b-ff6933f6340f_l

collageprintspah1478265578148-645cb274-98ce-4506-8e45-5d991ba9ebb6_l

collageprintspah1478266472434-c2c72562-27d9-4d29-ab8b-4902f8f03215_l

collageprintspah1478267150912-acaaac58-f508-47df-97cd-660ba933c17d_l

C’est chouette aussi d’aller voir des endroits moins connus et moins fréquentés par la majorité des touristes… 

Publicités

Balade automnale dans la forêt de Soignes (Belgique)


L’automne, la saison des mille couleurs flamboyantes de la nature dès que le soleil vient poser ses rayons sur les arbres et les chemins couverts de feuilles mortes…9ebaa313

L’idéal alors c’est de se balader dans une belle forêt telle la forêt de Soignes qui s’étend sur 5000 Ha au sud-est de Bruxelles.
Je ne sais pas rimer ou plutôt quand j’essaye cela ne rime à rien vil-bouchee mais j’aime la poésie depuis toujours et j’ai choisi de partager le texte ci-dessous, de Samivel, pour accompagner les photos que j’ai prises lors de cette balade du côté du Rouge-Cloître.

poesie

 

2016-03-11-19-34-07

2016-03-11-23-05-15

2016-03-11-23-15-41

2016-03-11-23-40-55

Une balade fort agréable avec de jolies rencontres, c’est bon pour le moral!

automn10

 

Voyage, voyage: Lahr (Allemagne)


C’est aujourd’hui que je vais enfin vous révéler pourquoi nous avons choisi spécialement cette période pour nous rendre à un endroit précis d’Allemagne, la jolie ville de Lahr.

Lahr, ville de près de 44 000 habitants, se trouve dans l’une des plus belles régions du Bade-Wurtemberg. Entourée de vignobles aux couleurs vives, de la superbe plaine du Rhin et du paysage varié des contreforts de la Forêt-Noire, cette cité de culture et de shopping donne de nombreux moyens de se divertir et de se détendre.
Que l’on déambule dans la zone piétonnière historique du centre-ville, que l’on se promène dans le parc municipal unique en son genre ou que l’on préfère partir en randonnée pour savourer le panorama offert notamment par le Schutterlindenberg ou la ruine du château-fort de Geroldseck, peu importe ! Lahr en a pour tous les goûts et pour toutes les générations.
Et quand à l’automne la triste grisaille menace d’envahir la région, des milliers de compositions de chrysanthèmes viennent fleurir la ville médiévale en la parant de somptueuses couleurs (source).
En 2016, si ça vous dit d’aller voir ça en vrai, Chrysanthema est en place jusqu’au 13 novembre.
Trêve de bavardage, passons aux photos. Et que ceux qui pensent que les chrysanthèmes sont des fleurs tristes ouvrent bien grand leurs  yeux vil-respire dès qu’ils auront cliqué sur le lien suivant 

Voyage, voyage: Barcelone (8), le Park Güell


Je vous avais promis une visite assez extraordinaire et je pense que vous ne serez pas déçus puisque je vous emmène aujourd’hui dans la deuxième grande réalisation d’Antoni Gaudi à Barcelone, le Park Güell. Ce parc a été déclaré Patrimoine culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1984.

La construction du Park Güell a commencé en 1900. Les travaux avançaient à un rythme soutenu au début du siècle mais de grandes difficultés ont rendu le projet initial non viable. Après la mort d’Eusebi Güell, ses héritiers ont proposé à la mairie de Barcelone de racheter le parc ce qui fut fait en 1922 pour l’ouvrir, comme parc public quatre ans plus tard.

Ce parc est resté longtemps accessible gratuitement mais depuis quelques années il faut s’acquitter d’un droit d’entrée pour entrer dans la zone monumentale.

Avant d’entrer dans le parc, on prendra la peine de visiter Gaudi Experiença un endroit d’information dynamique…

2016-01-11-19-25-57

Et puis bien sûr je ne vais pas vous quitter sans partager mes quelques photos personnelles de cet endroit complètement dingue (normalement si tout va bien, le montage se télécharge en bas de votre écran et il faut cliquer dessus pour l’ouvrir).

Et pour terminer sur le sujet, je vous montre le chemin vers cet article qui vous en apprendra  davantage tout en vous donnant des infos pratiques.

A bientôt.

 

 

 

Voyage, voyage: Gengenbach (Allemagne)


Vous le savez maintenant, j’aime l’Allemagne et plus encore en automne. Je trouve que c’est une saison qui lui va bien. Les maisons à colombages et les teintes environnantes forment, à mes yeux, un ensemble parfait à la fois chaleureux et procurant un sentiment de bien-être évoquant une soirée au coin du feu…

Je vous invite à me suivre aujourd’hui dans la petite ville de Gengenbach.

Gengenbach, « la perle parmi les villes romantiques des maisons à colombage », [ ] nos visiteurs [ ] aiment à parler du joyau romantique [ ]. Déjà de loin, les tours et les portes invitent à venir dans la vieille ville historique et des petites ruelles étroites emportent le visiteur dans les coins pittoresques. Le «chevalier en pierre» debout sur le puits de la place du marché nous accueille. Il témoigne de la fierté et de l’assurance de l’ancienne ville impériale libre, de même que l’hôtel de ville impressionnant âgé de plus de 200 ans et marquant en étroite liaison avec les nombreux bâtiments à colombage romantiques la physionomie de la ville (source).

2016-31-10-18-49-35

dscn4216-copier

Le chevalier en pierre

2016-31-10-18-58-11

2016-01-11-09-15-342016-01-11-09-22-39

Assurément un coup de coeur pour cet endroit peu connu mais qui mérite le détour souriant

Voyage, voyage: Barcelone (7)


Pas de but précis aujourd’hui pour cette balade barcelonaise si ce n’est se laisser porter vers le port, le long des ramblas, au rythme des envies et des ambiances.

Nous passons devant ce magasin de parapluies dont les façades doivent faire partie des plus photographiées par les touristes. Il faut dire qu’elles attirent le regard…

2016-28-10-15-51-16

Le Pla de l’Os
Des milliers de personnes mettent le pied quotidiennement sur la mosaïque que Joan Miró a faite au cœur de la Rambla de Barcelona. Pour certains, elle passe inaperçue, alors que d’autres s’y arrêtent pour contempler les couleurs caractéristiques de l’artiste barcelonais. Mais bien peu savent que cette mosaïque avait été un espace emblématique de la Rambla, juste devant la fameuse porte de la Boqueria.
On dit que les Barcelonais demeurèrent bouche bée devant les portes que le comte Berenguer IV avait fait rapporter d’Almeria comme trophée de guerre : un précieux travail arabesque qui a permis de rebaptiser l’ancien portail de Santa Eulàlia sous le nom de portail de la Boqueria. Avec la démolition de la muraille, en 1760, la porte disparut et s’ouvrit une esplanade, le Pla de l’Os.
C’est là qu’en 1976 l’artiste Joan Miró vit comment devenait réalité l’idée de mettre l’une de ses œuvres sur le sol de La Rambla de Barcelona, à proximité du passatge del Crèdit, le lieu où il avait vu le jour 83 ans auparavant. Son intention était que les passants de La Rambla marchent sur la mosaïque, et peu lui importait si elle devait peu à peu se dégrader au fil du temps. De toute manière, la mairie de Barcelone s’est chargée de la faire restaurer en 2006, à l’occasion du trentième anniversaire de l’emblématique œuvre de Joan Miró ; les mosaïques qui la constituent s’étaient détériorées, en effet, et elles avaient perdu leur couleur.
La mosaïque a la forme circulaire du cosmos. Ses couleurs élémentaires, le jaune, le bleu et le rouge, ainsi que les formes simples parlent du langage propre de Joan Miró ; un langage intuitif qui reprend la pureté du monde de l’enfance (source).

Nous poursuivons la balade et, après avoir admiré le sol, nous levons les yeux vers la belle façade du théâtre du Liceu.

dscn1616-2-copier

Le grand théâtre du Liceu, créé en 1847, est un théâtre d’opéra qui a conservé au fil des ans sa fonction de centre culturel et artistique. Il est devenu l’un des emblèmes de la ville. Ravagé par les flammes en 1994, il a été reconstruit dans un style fidèle au précédent. Cependant, le nouveau Liceu est doté d’une infrastructure technique de pointe et a été agrandi sur les terrains voisins de La Rambla. En observant sa façade discrète, on est loin d’imaginer les trésors qu’il recèle (source).

Tout près de là se trouve également le Théâtre Principal. Ce théâtre a été le premier construit à Barcelone (début du 17ème siècle) grâce au don d’une parcelle et de maisons par l’hôpital de la Sainte-Croix (le plus gros hôpital de la ville à cette époque). Les bénéfices du théâtre de la Sainte-Croix devaient, en retour, servir à couvrir une partie des coûts de l’ hôpital (source).

dscn1622-2-copier

Poursuivant notre balade en direction de la mer, nous arrivons au bout de la rambla où nous apercevons  le monument à Christophe Colomb. Dans la colonne, un ascenseur permet d’accéder au mirador qui offre, paraît-il, une magnifique vue panoramique sur la ville et le port. 

Lorsque vous vous promenez sur les Ramblas en direction de la mer, vous allez vous retrouver au pied d’une statue de 60 mètres que l’on appelle Mirador de Colom. Celle-ci n’est autre qu’un monument construit en l’honneur de Christophe Colomb pour son premier voyage en Amérique. Elle a été construite pour la première exposition internationale de l’Espagne en 1888.
L’idée de construire le monument à Christophe Colomb venait de Antoni Fages i Ferrer en 1856. Il a également été proposé qu’il devrait être construit par des Catalans seulement. Il lui a fallu 16 ans pour convaincre le maire de la ville et enfin en 1872 il a gagné le soutien de la mairie. En 1881, une résolution a été adoptée pour construire le monument. Dans un concours [des] artistes espagnols pouvaient soumettre leurs conceptions. L’artiste catalan Gaietà Buigas et Monravà a gagné. En 1882, la construction a commencé et le monument a été achevé en 1888, juste à temps pour l’Exposition Internationale de Barcelone (source).

Nous arrivons au port de Barcelone, quartier fort agréable depuis que, en raison des JO de 1992, les anciens terrains industriels ont été métamorphosés.

2016-29-10-13-42-172016-29-10-13-44-36

Ci-dessous, encore quelques vues de façades remarquées lors de la balade

2016-29-10-14-00-492016-29-10-14-04-22

Sympa non le fronton ci-dessous sur un des bâtiments de l’université de Barcelone?

dscn1690-2-copier

 

Ci-dessus, vues sur le côté de la cathédrale Sainte-Croix.

Ainsi se termine la balade du jour parce que pour l’étape suivante mieux vaut laisser reposer nos petits petons espagne

 

 

 

Voyage, voyage: destination Allemagne


Nous décidons cette fois de partir vers l’Allemagne dans un but bien précis dont je parlerai prochainement.

Comme à chaque fois, la route est l’occasion de faire de jolies découvertes sachant que nous empruntons préférentiellement les itinéraires moins utilisés aux autoroutes et trop grands-routes.

Nous traversons d’abord le Luxembourg où nous apercevons le château de Larochette et de très beaux paysages d’automne, le ton est donné pour la suite

Poursuivant notre chemin nous traversons le Bas-Rhin (France)  où nous découvrons, avec étonnement, des maisons dont nous n’avions jamais entendu parler et qui sont encastrées dans les rochers .

dscn4132-copier

Les maisons des rochers de Graufthal dateraient du Moyen-Âge…

dscn4127-copierdscn4128-copierdscn4129-copierdscn4130-copierdscn4133-copierdscn4135-copier

Ces habitations auraient d’abord été utilisées comme abris puis aménagées en habitations semi-troglodytiques.

Une chose est certaine, il ne faut pas avoir peur que le ciel vous tombe sur la tête quand on a des tonnes de cailloux au-dessus de sa maison siffleyeux

Nos traversons Hochfelden (plaine d’Alsace) où, comme je suis souvent tête en l’air, je remarque ces très belles toitures colorées.

dscn4143_hochfelden-f-copier

Nous quittons la France pour nous diriger vers notre destination finale dans la Forêt Noire (Allemagne).

L’avantage d’habiter un petit pays assez central c’est qu’on peut partir de Belgique pour aller en  Allemagne tout en traversant le Luxembourg et la France. Sympa non?
C’est une des choses qui a le plus étonné un ami québécois qui n’a pas du tout le même rapport aux distances entre deux points d’intérêt.

Et si vous êtes curieux de savoir pourquoi nous voulions  aller à un endroit particulier d’Allemagne en période de Toussaint, repassez par ici tout bientôt et je vous le raconterai , photos à l’appui yeux2

Voyage, voyage, Barcelone (7), balade, géants de Pi et marché


On nous a conseillé d’aller prendre l’ambiance dans un marché de produits frais à Barcelone et c’est donc vers un de ceux-ci que nous nous rendons aujourd’hui.

Nous passons par la place d’Espagne qui, vu la localisation de notre hôtel, a souvent été notre plaque tournante et point de repère dans nos balades à pied. Nous empruntons ensuite la très longue avinguda del parallel.

dscn1521-2-copier

dscn1522-2-copier

Nous parcourons ensuite les fameuses ramblas, vaste espace piétonnier de 2 km

smileyUn chouette article assez complet nous décrit bien l’ambiance et les choses à découvrir le long des ramblas de Barcelone. Vous le trouverez ici.

dscn1537-2-copier

Déco murale moderne aperçue en chemin près du Musée d’Art Contemporain

dscn1538-2-copier

Vieux murs chaleureux rapidement remplacés par…

dscn1540-2-copier

…la modernité du Musée d’Art Contemporain de BArcelone (MACBA), place des Anges

dscn1543-2-copier

dscn1541-2-copier

Juste à côté du musée, l’arrière de ce qui semble appartenir à une église en pleine rénovation bio

dscn1546-2-copier

Contraste entre la solitude ce jeune homme…

dscn1547-2-copier

…et l’explosion de couleurs de cette vitrine où on voit une partie de jambes en l’air 😉

dscn1548-2-copier

Une vue de l’autre vitrine de la pharmacie antique Nadal déjà évoquée ici

dscn1550-2-copier

Au-dessus de cette porte de l’église de Betlem, on peut lire l’inscription traduite comme suit par un élève facétieux « Entre deux nattes mouillées n’a point sué Maître Jean le Boyteux » mais en réalité ce serait plutôt un extrait de la Bible relatif au prophète Jean-Baptiste et signifiant « Parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste« .

dscn1553-2-copier

Fontaine publique de la Porta Ferrica

Parallèle aux célèbres Ramblas, la rue de Petritxol est située entre la rue Portaferrissa et la Plaça del Pi, c´est à dire la « place du sapin » en catalan. 

Quand on rentre via l’entrée principale de la Basilique Santa Maria del Pi (quartier gothique) le regard est directement attiré par de grandes vitrines  qui présentent « les géants du pin ». Ces géants dont l’origine remonterait au 16ème siècle ont toujours été conservés à l’intérieur de l’église.
Cherchez l’intrus parmi les géants ci-dessus? Vous avez trouvé? C’est juste tout en bas, à droite, le nain Cu-Cut qui représente le caractère populaire. Il mesure 1,5 mètre et est porté comme un géant.

Les « géants du pin » effectuent  des sorties lors de festivités, et vont même se promener en Belgique comme on le voit ci-dessous

Enfin nous arrivons au marché que nous avons choisi de visiter, le plus ancien, celui de la Boqueria.

dscn1571-2-copier

Nous passons sous le porche au vitrail Art nouveau et sommes happés par les couleurs, les odeurs, les cris, bref tout ce qui fait la vraie vie d’un marché de produits frais.

dscn1574-2-copier

2016-25-10-19-21-46

Nous quittons bientôt ce marché animé pour partir faire d’autres découvertes de cette ville formidablement riche en sensations diverses.

A bientôt pour la suite…

 

Voyage, voyage: l’île de beauté (fin)


Cet article sera le dernier  à chanter les louanges de cette île de beauté qu’est la Corse. J’ai mis longtemps à aller voir ce qu’il en était réellement mais je n’ai à aucun moment regretté de l’avoir fait. La nature y est souvent sauvage, comme je l’aime, fleurie, avec des roches incroyables aux couleurs étonnantes. Les routes parcourues et les villes et villages traversés m’ont tous donné l’envie d’en savoir davantage et je croise les doigts pour un jour y retourner approfondir la découvertetelechargement-1

J’espère néanmoins par cette dizaine d’articles vous avoir fait (re)découvrir certains endroits fabuleux.

Je vous livre encore quelques photos, déjà empreintes de nostalgie, présentant quelques dernières jolies découvertes en chemin.

Ci-dessous, les fameux porcs corses (Porcu nustrale) qu’on rencontre un peu partout, en enclos ou en liberté totale mais qui servent à fabriquer les charcuteries corses si goûteuses.

dscn2816-copier

Nous laissons les porcs se reposer pour aller voir un endroit moins terre-à-terre, la fameuse cascade appelée Voile de la mariée à Bocognano.

dscn2820-copier

Le chemin qui y mène est escarpé mais agréable malgré tout grâce au chant de la cascade qui devient de plus en plus audible au fur et à mesure qu’on se rapproche.

dscn2822-copierdscn2821-copier

Et enfin apparaît devant nous cette très belle cascade dont on comprend bien ce qui a justifié son nom.

dscn2823-copier

dscn2827-copier

Une dernière vue sur le paysage au départ de notre chambre d’hôtes, on regrette déjà de devoir partir tristesse

dscn2843-copierEt puis, pour finir en beauté, enfin je l’espère ,je vous offre ces quelques fleurs corses

2016-24-10-15-32-472016-24-10-15-33-51

Mais bon, la fin d’un voyage, ouvre la promesse d’autres belles découvertes à venir…

arc en ciel

 

 

Voyage, voyage: Barcelone (7) la Sagrada Familia (2/2)


Je vous l’ai dit, il y a tellement à voir et à admirer dans cette réalisation extravagante que ça méritait bien un deuxième partage de photos.

 

dscn1285-3-copier

Vue sur la crypte

dscn1276-3-copier

Confessionnal dessiné par Antoni Gaudi

dscn1281-3-copier

dscn1284-3-copier

dscn1288-3-copier

Le parvis, joliment dessiné nous invite à pousser une autre porte…

dscn1290-3-copierdscn1291-3-copier

dscn1292-3-copier

dscn1293-3-copier

dscn1294-3-copier

A l’extérieur

dscn1295-3-copier

dscn1296-3-copier

dscn1299-3-copier

Le coin des matheux  telechargement

Des éléments de voûtes aux formes originales

Une nouveauté introduite de façon importante par Gaudí est l’utilisation de formes utilisant des surfaces plus « complexes » en particulier les hyperboloïdes de révolution (HR) et les paraboloïdes hyperboliques (PH).

Toutes des deux sont d’un point de vue mathématique des surfaces « réglées » c’est à dire que l’on peut les construire avec des lignes droites se déplaçant de façon idoine dans l’espace. Cette propriété mathématique qui a l’air abstraite est en fait très importante car elle permet de les fabriquer relativement facilement en utilisant des génératrices droites. Dans la Sagrada Familia on se sert pour cela  de la technique traditionnelle dite de la « voûte catalane » (double ou triple épaisseur de briques).

Mathématiquement l’hyperboloïde de révolution (à une nappe) est la surface formée par  une hyperbole tournant  autour de son axe non transverse. Elle est aussi générée par une droite tournant dans l’espace autour d’un axe non sécant et non parallèle.

Au sujet des surfaces réglées, Gaudí disait : « Les paraboloïdes, hyperboloïdes et hélicoïdes, variant constamment l’incidence de la lumière, ont une richesse de nuances qui leur est propre, qui rend l’ornementation, et même le modelage superflus ».

Techniquement, le choix d’hyperboloïdes pour amener la lumière dans la nef est judicieux  car cette forme permet de capter un flux lumineux important et de le diffuser à l’intérieur suivant les deux directions droites génératrices de la surface.

Des hyperboloïdes sont aussi utilisés au sommet des colonnes à l’endroit où elles rejoignent les voûtes. C’est effectivement la meilleure solution pour capter au mieux les poussées (source).

dscn1302-3-copier

dscn1309-3-copierdscn1310-3-copier

dscn1313-3-copier

Ceci termine la visite de cette église fantastique mais, n’ayez crainte, Barcelone a encore d’autres choses étonnantes à nous faire voir…

%d blogueurs aiment cette page :